Photo: Ryam Morey
Photo: Ryam Morey
Photo: Christophe Beuregard
Photo: Christophe Beuregard
Photo: Christophe Beuregard

Lhasa

Il s’est élancé à San Francisco, a grandi et est mort à Montréal, son chant nomade. Lhasa, Lhasa de Sela – père mexicain, mère américaine, sœurs artistes de cirque – nous a quittés mais sa voix demeure la voix la plus ensorcelante de la chanson d’aujourd’hui (mais elle paraît millénaire), et de partout : en elle résonnent l’Amérique du Sud et l’Europe de l’Est, le blues profond et le duende gitan, des tempos de fièvre et de feu. Avec la route pour guide et le rêve pour partition.

bio complète

Lhasa 3ème album


Paru en 1997, la Llorona, premier album écrit, composé et interprété par une jeune inconnue du nom de Lhasa, a pu passer aux yeux de certains pour une curiosité, un accident exotique. Échappant à toute définition, l’album évoque une Amérique latine à la fois réelle et imaginaire, née de la mémoire d’une enfance itinérante, ballotée sur les routes du Mexique et des Etats-Unis. La musique en est unique et familière, mêlant « rancheras » et mélopées tziganes, country et chansons populaires à des textes profondément intimes, interprétés en espagnol d’une voix chaude et puissante. Sous bien des aspects, cet album n’aurait sans doute pas pu voir le jour ailleurs qu’à Montréal, où il a été réalisé. Venues du sud mais écrites en plein cœur de l’hiver, les chansons, empreintes d’un romantisme à la Brönte, sont pleines d’humour, de dérision, crues, déconcertantes et passionnées.

Aux premières notes de La Llorona, Européens et Nord-Américains soupiraient : « Ah, le Mexique!...», tandis que les Mexicains s’interrogeaient : «Quelle musique étrange! D’où vient-elle?».

L’album a conquis le Canada et la France avant de s’imposer dans de nombreux autres pays, remportant plusieurs prix (y compris un Juno Award au Canada) et se vendant à plus de 550 000 exemplaires (ce qui est particulièrement étonnant pour un disque non commercial en espagnol). Encensée par ses fans, La Llorona est devenu un classique en quelques années, un incontournable qui ne cesse de faire de nouveaux adeptes, aussi déroutant et familier qu’au premier jour, il y a douze ans de cela.

Mais pour Lhasa, ce n’était qu’un début.

Lorsqu’en 2003 (presque sept ans plus tard) sort The Living Road, le deuxième album de l’artiste, il apparaît clairement que cette dernière n’a pas cédé à la facilité en s’auto parodiant mais qu’elle a su, au contraire, laisser parler son inspiration. Son refus de se laisser enfermer dans un genre, transparaît dans la façon dont elle raconte les histoires qui composent cet étonnant second album. S’exprimant avec autant de naturel en espagnol, français et en anglais, elle se montre aussi vraie, directe et entière dans l’une ou l’autre de ces trois langues, avec lesquelles elle nous promène d’une « ranchera » à un gospel enlevé, d’un blues percutant à une berceuse toute en douceur avec une aisance à la mesure de son charisme et de sa conviction.

The Living Road apporte à Lhasa une reconnaissance encore plus impressionnante. Partout, elle conquiert le cœur du public qui la reconnaît comme une enfant du pays. Ses interprétations vibrantes et envoûtantes l’ont conduite aux quatre coins du monde, de Mexico à Istanbul. Des chansons extraites de ses deux albums figurent dans la bande sonore de plusieurs films et émissions de télévision, dont The Sopranos, I Am Because We Are, le documentaire de Madonna, le film de science-fiction Cold Souls et Casa de los Babies de John Sayles. Lhasa a également collaboré avec de nombreux artistes, comme The Tindersticks, Patrick Watson et Arthur H et été nommée en 2005 «Meilleure Artiste des Amériques» lors des World Music Awards de la BBC.

Mais ce n’était toujours qu’un début.

En 2009, six ans après la sortie de The Living Road, Lhasa nous revient avec un album intitulé simplement  Lhasa. Dès la première écoute, ce titre prend tout son sens. Écrit et réalisé par Lhasa, enregistré sur bande analogue, presque entièrement  en «live», ce troisième album témoigne de la maturité de son auteur-compositeur-interprète et réalisateur. L’échange entre les musiciens et la chanteuse est palpable et transparait dans les changements subtils d’intensité et de tempo, impossibles à créer dans le monde des métronomes et des prises par ordinateur. Enregistré et réalisé à l’ancienne, cet album nous fait vivre une expérience musicale étonnante.

Bien que simple, le choix des instruments est inusité :  harpe, guitares, pedal steel, basse, batterie, piano. Les mélodies sont familières et irrésistibles, tout en étant vraiment originales. Les textes, rédigés en anglais, sont limpides et imagés. Oscillant entre country et gospel, entre blues et folk, les mélodies sont éternelles sans être nostalgiques, modernes sans être artificielles. Le jeu à la fois sobre et texturé des musiciens laisse toute la place à la voix claire et lumineuse de la chanteuse.

Lhasa est une musicienne à part. Caméléon tout en restant toujours elle-même, elle tisse avec sa voix un univers poétique unique porté par son charisme, son intégrité et ses convictions. Elle n’enfreint pas les règles, elle les ignore.

Loin du bruit et de la fureur de l’industrie moderne de la musique, loin des paillettes du show-business, Lhasa trouve tranquillement sa place et s’affirme petit à petit comme l’une des auteurs-compositeurs les plus fascinantes de sa génération.

Et ce n’est toujours qu’un début.

Clips

News

Liens

Lhasa De Sela

Les sociétés Astérios Spectacles, Tôt Ou Tard et Warner Music France ont l'infinie tristesse de faire part de la disparition de Lhasa De Sela le 1er janvier 2010.

Ci-après le communiqué de presse officiel de son management.

Montréal, Québec, Canada le dimanche 3 janvier 2010
La chanteuse Lhasa De Sela est décédée à son domicile de Montréal pendant la
soirée du 1er janvier 2010, un peu avant minuit.
Un cancer du sein qu’elle a combattu avec courage et détermination pendant plus de
21 mois l’aura finalement emportée.
Durant cette période difficile elle a continué à toucher la vie des gens qui
l’entouraient avec la grâce, la beauté, et l’humour qui la caractérisaient.
Elle a aussi réussi à terminer l’enregistrement de son dernier album et à assurer son
lancement sur scène au Théâtre Corona de Montréal et au Théâtre des Bouffes du
Nord à Paris. Les deux concerts donnés en Islande au mois de mai auront été les
derniers où elle aura interprété ses vibrantes chansons.
Elle préparait une grande tournée internationale qui devait commencer à l’automne
2009 et qui a dû être annulée. Elle travaillait également sur un prochain album où
elle voulait interpréter des chansons des grands artistes chiliens Victor Jara et
Violeta Parra.
Lhasa De Sela est née le 27 septembre 1972 à Big Indian dans le nord de l’Etat de
New-York.
Elle aura vécu une enfance originale, marquée par de longues périodes nomades
avec ses parents et ses soeurs dans un bus à travers les Etats-Unis et le Mexique.
Dans ce bus, les enfants improvisaient de petites pièces de théâtre devant les
parents, soir après soir. Elle a grandi dans un univers qui lui a permis de découvrir le
monde loin de la culture conventionnelle.
Lhasa est devenue plus tard l’exceptionnelle artiste que le monde entier a découvert
avec La Llorona (1997), The Living Road (2003) et enfin Lhasa (2009). Ses trois
albums se sont vendus à plus d’un million d’exemplaires à travers le monde.
Il est difficile de décrire sa présence scénique et sa voix unique qui ont contribué à
en faire une icône dans plusieurs pays. Voici certains adjectifs qui ont été utilisés par
des journalistes : passionnée, sensuelle, indomptable, douce, profonde, troublante,
incantatoire, hypnotisante, feutrée, puissante, intense, millénaire.
Lhasa avait une façon unique de communiquer avec le public. Elle osait ouvrir son
coeur sur scène ce qui permettait aux spectateurs de sentir une intime connexion, de
se sentir en communion avec elle. Elle aura marqué profondément plusieurs
personnes à travers les nombreuses villes et pays qu’elle aura visités.
Jules Beckman, un ami de longue date, a trouvé ces mots :
“We have always heard something ancestral coming through her. She has always
spoken from the threshold between the worlds, outside of time
She has always sung of human tragedy and triumph, estrangement and seeking with
a Witness's wisdom. She has placed her life at the feet of the Unseen.»
Lhasa laisse dans le deuil son conjoint, Ryan, ses deux parents, Alejandro et
Alexandra, sa belle-mère, Marybeth, ses 9 soeurs et frères (Gabriela, Samantha,
Ayin, Sky, Miriam, Alex, Ben, Mischa et Eden), ses 16 neveux et nièces, son chat
Isaan, ainsi que de très nombreux amis, musiciens et compagnons de travail qui l’ont
accompagnée durant sa carrière, sans compter ses innombrables admirateurs à
travers le monde.
La famille et les proches ont pu vivre leur deuil paisiblement depuis deux jours et ont
énormément apprécié cette importante période d’intimité et de recueillement.
Les funérailles seront réservées à la sphère privée.
Il a neigé plus de 40 heures à Montréal depuis son départ.
-30-
Source officielle : David-Etienne Savoie, manager - david@lhasadesela.com
Au nom de la famille et des proches.

Lhasa, nouvel album

Le troisième album de Lhasa est disponible depuis le 20 avril.

Pour voir le clip de "Rising" le premier extrait de l'album, cliquez ici

Pour voir Lhasa et Patrick Watson chanter en duo "Between the bars" d'Elliott Smith, cliquez ici

 

 

real: attitude & C.Sauvage