Photo: Eric Mullet
Photo: Eric Mullet
Photo: Eric Mullet

Stanley Beckford

C’est une des fiertés du label tôt Ou tard d’avoir convié Stanley Beckford à graver en studio sa mémoire du mento. Le mento, c’est l’ancêtre rural jamaïcain du ska et du reggae. Longtemps discret, Stanley Beckford l’a finalement fait connaître bien au-delà de son île avant de disparaître prématurément, le 30 mars 2007. Il reste l’interprète généreux d’une musique sensuelle, malicieuse et vigilante qui a fait de beaux enfants. 

bio complète

Stanley BECKFORD

Le chanteur Stanley Beckford est décédé le 30 Mars 2007 à Riverdale en Jamaïque à l’âge de 65 ans des suites d’une longue maladie. 

Né le 17 Février 1942 à Portland , Stanley avait grandi à Kingston mais avait conservé la passion de la musique rurale de son pays, notamment du mento ancêtre du reggae. Dès son plus jeune âge, il  intègre la chorale d’une église et participe régulièrement à des radios crochets dont il sort le plus souvent vainqueur… Cet apprentissage lui permettra de devenir en 1968 le chanteur du groupe Soul Syndicate .

En 1973 il enregistre avec les Starlites Wanted Man , récit d’une arrestation à laquelle Stanley avait été témoin, un premier disque qui fut un énorme succès sur l’île. Deux ans plus tard, il réédite avec Soldering ( la soudure). Mais l’allusion sexuelle du texte, dont il s’est toujours défendu, entraînera l’interdiction du morceau sur les antennes. 

Après une longue éclipse au cours de laquelle il a travaillé comme veilleur de nuit, Stanley fera un retentissant come back avec deux albums Stanley Beckford Plays Mento en 2002 et en 2004 Reggaemento pour le label Tôt ou Tard où il retrouvera la saveur, le charme et l’espièglerie du mento original.

real: attitude & C.Sauvage